Nous avons une énorme tristesse dù au décès,il y a quelques jours,de Jean Couturier vétéran du commando Kieffer(les bérets verts).Cet homme courageux s'était engagé à l'Ecole des mousses de Brest en Octobre 1938(il avait 15 ans).Un an après la France entre en guerre ce qui va écourter sa formation.Il gagne le contre-torpilleur "L'Adroit" et en 1940 deux importantes missions maritimes s'offrent à lui:le débarquement de Narvik où seront convoyés des légionnaires et des chasseurs alpins et lors du désastre de Dunkerque où quatre voyages seront assurés vers l'Angleterre pour rapatrier un maximum de soldats.C'est lors du quatrième voyage(20 Mai 1940)que "L'Adroit" sera coulé après des attaques aériennes de Stukas.Jean Couturier sera récupéré par une vedette puis amené à Cherbourg où il y restera quelques jours en observation.Ensuite il se dirigera vers Lorient et Toulon où il embarque sur le navire "L'Algérie"en Juin 1940.A l'armistice tous les navires de guerre sont désarmés et surveillés par une commission Germano-Italienne.A bord Jean Couturier s'ennuie.En 1941 il sera admis à l'école des sous mariniers de Toulon et gagne le droit de servir à bord du Casabianca.Un an après la flotte française se saborde mais le Casabianca échappe à cela avec quatre autres sous marins et le convoi parvient à gagner Alger.En 1942 le Casabianca servira à rallier la Corse et organiser la résistance et les communications radio vers le continent Européen avec le concours des états-unis.En Mai 1943,il décide de partir pour l'Angleterre où il espère prendre une part plus active aux combats que chacun annonce.Il réussira à joindre le port de Liverpool en Juillet de cette meme année(avec d'autres camarades)mais ils ne rejoindront pas les gaullistes car des officiers des services de renseignement Britanniques vont les questionner pendant dix jours.Convaincu de leur bonne foi ils les remettent aux représentants Français à Londres.Plus tard il lira une affiche ventant la nouvelle unité parachutiste Française libre et il se laissera tenter.Cette unité d'élite,formée par le capitaine Bergé dont le French Squadron s'illustrera en Afrique du Nord.Il s'engage donc au 1er Bataillon d'infanterie de l'Air où il y sera breveté parachutiste à Camberley.Il ne pourra continuer l'aventure car en répondant à un questionnaire de routine il indique une ancienne fracture.Il s'engagera par la suite chez les Bérets verts"commandée par Lord Lovat.Ce dernier accueillant un contingent français dans ses rangs.Les tests de sélection sont ardus et il les passe avec succés,ensuite l'entrainement va se poursuivre à Whrexham(Pays de Galles)au camp du 45eme Royal Marines puis à Achnacarry.Ca sera dur très dur,les bléssés sont nombreux et parfois il y aura meme des morts.La bonne condition physique de Jean Couturier lui fera passer les caps un à un connaissant la faim,le manque de sommeil et les exercices les plus pénibles.Indispensable pourtant pour augmenter les chances de survie dans ce conflit.En Mai 1944 il sera affecté à la troop n°8 et participera à un stage radio.Il deviendra l'opérateur du Lieutenant Alex Lofi.

Le jour j approche.Le commando se déplace vers le port de Warsash pour embarquer mais le Lundi 5 Juin l'opération est annulée,le temps étant défavorable.Ils embarqueront une seconde fois et comme nous le savons tous cette fois ci sera la bonne.La traversée vers nos cote est pénible de part la terrible tempete mais le son de la cornemuse de Bill Millin apportera un immense réconfort.Il est 7h30 et les LCI libèrent les commandos(avec de l'eau jusqu'à la taille,chargé de sacs à dos de 60kgs) sur la droite de Ouistreham.Les allemands opposent une faible résistance(il faut dire que la marine Britannique à fait correctement son boulot en les envoyant au point le moins défendu du secteur)et réagit un peu plus lorsque les premiers réseaux de fils barbelés sont sectionnés.Les objectifs sont de réduire sept blockauss sur la plage,prendre le casino(défense allemande très dure),le pc allemand situé dans l'ancien chateau de Colleville-sur-Orne et le ralliement au pont de Bénouville(Pégasus Bridge)où les attendent le major Howard.Jean Couturier et le LT Lofi sont en tete du dispositif(Lovat et son piper se trouvant en retrait)et passent en premier le pont assurant ainsi la protection de Lovat une fois de l'autre coté.Les obus allemandes pleuvent sur les commandos et le quartier maitre Couturier sera atteint au visage et au bras.Il poursuivra sa mission jusqu'à l'extreme limite de ses forces avant d'etre évacué vers Ouistreham où les anglais,qui ont érigé  un poste de secours,s'occuperont de lui.Les blessures étant grave il ne pourra continuer et sera évacué vers l'Angleterre.Une fois rétabli,il participera à la fin de la bataille de Normandie et poursuivra son périple à Flessingue(Hollande),opération servant à attirer les Allemands pour libérer l'étau sur les Anglais à Arnheim lors de Market Garden.Il y sera à nouveau blessé atteint par un obus de mortier.Il sera rapatrié en Angleterre et c'est ainsi que la guerre s'est achevée.Il rentrera en France fin 1945.Démobilisé à Belfort début 1946.La France d'après guerre est dans une atmosphère de prise de pouvoirs entre les Pétainistes,les Gaullistes et les communistes.Jean Couturier se souvient qu'ils avaient été réunis dans la cour d'une caserne et un sous officier était chargé de répartir des groupes.Il lançait:"les Français d'un coté,les Gaullistes de l'autre".Voilà comment on traitait les Français Libres à l'époque.Les tickets de rationnement n'étaient pas non plus les memes pour tous.Les Français Libres avaient des rations divisées par deux.Sans commentaire.

Dans une interview voici ce que disait Jean Couturier:"Nous sommes étonnés aujourd'hui de voir que l'on ne nous a pas oublié.Franchement,personne du commando Kieffer n'aurait pensé que l'hitoire se souviendrait de nous.Nous avons simplement fait ce que l'on attendait de nous,nous avons fait notre devoir de combattants".

Nous ne vous oublierons pas vous les Français qui avaient fait le choix de rester en Angleterre et de croire qu'enfin un jour votre pays redeviendra libre.Merci éternel pour tout ce que vous avez accompli dans la joie et dans la souffrance.

Ma source pour écrire ce texte provient du site juin 1944 un vent de liberté.

Ci-joint des articles du journal de la Réunion en hommage à Jean Couturier:

                                                           couturier23

Jean Couturier, héros de la Seconde Guerre mondiale, qui devait être élevé au rang d’officier de l’ordre du Mérite le 28 juillet prochain, est mort hier soir à 22 heures. Peu avant le lieutenant colonel Courcelle, commandant en second du 2e RPIMa, lui a remis cette distinction hier, dans une chambre du Groupe hospitalier Sud Réunion. Installé au Tampon depuis une douzaine d’années, Jean Couturier, 83 ans, a été victime d’une hémorragie cérébrale dans la nuit de dimanche à lundi. Son état s’est aggravé mardi soir. “Tu as eu ta médaille. Maintenant tu vas pouvoir partir tranquille”, a déclaré son épouse penchée à son chevet et entourée de sa famille. Originaire de Belfort, Jean Couturier faisait partie des 177 commandos du Major Kieffer qui ont participé au débarquement du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie. Il a été blessé deux fois au cours des combat de la Libération et a reçu pour sa carrière militaire exemplaire, débutée à 15 ans dans la Marine, de nombreuses distinctions dont la Légion d’honneur attribuée aux soldats ayant fait preuve d’un courage exceptionnel. Jacques Tillier, Président directeur général du Journal de L’ile et tous ses collaborateurs, présentent leurs condoléances à la famille et aux proches du défunt héros. 

Les obsèques de Jean Couturier

Les obsèques de Jean Couturier seront célébrées lundi 17 juillet à 10 heures au funérarium de Commune Prima. Un diacre puis un aumônier militaire procéderont à une bénédiction à la chapelle puis les honneurs militaires lui seront rendus sur l’esplanade. Le corps sera porté par six marins. Il y aura deux piquets d’honneurs : un marin et un militaire du RPIMa. Jean Couturier a souhaité être incinéré. L’urne de ses cendres sera remise à son épouse. Comme il l’a demandé, elle ira en métropole dans un an pour disperser ses cendres le 6 juin 2007 sur la plage de Ouistreham, là où il a débarqué le 6 juin 1944. Jacques Tillier actuellement en métropole ne pourra malheureusement pas y être présent. Et c’est à regret car la disparition de “ce pan de notre histoire” l’a profondément ému. Il avait beaucoup de respect et d’amitié pour Jean Couturier avec qui il aimait bavarder souvent

Jean Couturier, 83 ans, héros de la Seconde Guerre mondiale, s’est éteint mercredi soir à 22 heures dans sa chambre de l’hôpital de Saint-Pierre. Dimanche soir, il avait été très contrarié par la défaite de l’équipe de France de football et par le coup de tête de Zizou. Son épouse l’avait retrouvé par terre et l’avait emmené à l’hôpital, victime d’une hémorragie cérébrale. En mai dernier, il s’était rendu en métropole pour retrouver l’endroit où il avait posé le pied le 6 juin 1944. Un voyage “difficile physiquement” selon son épouse. Jean Couturier devait être élevé au rang d’officier de l’ordre du Mérite le 28 juillet et ne cessait de répéter à sa femme qu’il ne tiendrait pas le coup jusqu’à cette date : “Tu iras la chercher à ma place” lui répétait-il. Cette médaille hantait toujours son esprit dans ses derniers moments de lucidité. Aussi, le lieutenant colonel Courcelle, commandant en second du 2e RPIMa, a-t-il décidé d’avancer la cérémonie et de lui remettre la distinction dans la soirée de mercredi alors qu’il était entouré de sa famille, sur son lit d’hôpital. “Tu as eu ta médaille. Maintenant tu vas pouvoir partir tranquille”, avait alors soupiré son épouse penchée à son chevet présageant de la suite des événements. Trois heures plus tard, Jean Couturier nous quittait à jamais. Installé au Tampon depuis une douzaine d’années, Jean Couturier était originaire de Belfort, Il faisait partie des 177 commandos du major Kieffer qui ont participé au débarquement du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie. Il a été blessé deux fois au cours des combats de la Libération et a reçu pour sa carrière militaire exemplaire, débutée à 15 ans dans la Marine, de nombreuses distinctions dont la Légion d’honneur attribuée aux soldats ayant fait preuve d’un courage exceptionnel.

                                                                     JV_Couturier_d