Ron Beal,vétéran canadien de la seconde Guerre Mondiale,a reçu une lettre de sa tante 67 ans après le tragique raid de Dieppe(voir l'article de ce raid sur ce blog).C'était au début de cette année.

Revenons avant tout en arrière,en 1939,date où Ron Beal s'est engagé dans le Royal Régiment of Canada pour suivre les pas de son père qui avait servi son pays lors de la 1ère Guerre Mondiale.Il avait alors...18 ans.Il sera brancardier puis carabinier,il effectue des entrainements dans les commandos pendant 3 mois sur l'île de Wight avant de partir pour Dieppe.On connait la tragédie de ce débarquement.L'enfer est  sur la plage et Ron Beal avec ses camarades seront sous le feu nourri des mitrailleuses à la sortie des péniches.Nous sommes le 19 Aout 1942 et Ron Beal à l'âge de 21 ans se retrouvent prisonnier des allemands.S'en suivra la longue et douleureuse expérience des stalag où il se retrouve avec d'autres prisonniers de guerre.En 1945,il reviendra dans son pays en très mauvaise condition physique.

Ron Beal déclarera avec beaucoup de philosophie:"Dieu a dû mettre sa main sur mon épaule...ou peut être m'a t'il épargné pour me confier une autre mission?".Et cette mission a été de se consacrer aux anciens combattants de Dieppe en tant que Président de l'association du Nouveau Brunswick.

Ce 10 Janvier 2009,Ron Beal reçoit entre ses mains la lettre jamais ouverte de sa tante(posté le 22 Août 1942) grâce à un ami,le capitaine Peter Boyle,ancien combattant,qui l'a récupéré sur un site internet de mises aux enchères.Cettre lettre n'a jamais été décacheté et au dos de celle ci on pouvait y lire:"Absent","retour à l'expéditeur".Dans son témoignage,Ron beal est très ému lorsqu'il parle de sa tante londonnienne parce qu'elle était la soeur de son père et qu'il la considérait comme une seconde maman.Il allait souvent la voir lorsqu'il était en garnison en Angleterre.Sa tante et son mari le considérait comme un fils.Cette lettre lui a été envoyé lorsque sa tante a appris le désastre du raid.Elle l'envoie au hasard,tellement soucieuse,en n'indiquant sur l'enveloppe:"Soldat R.Beal,série n°B67139,section de compagnie D,premier bataillon,régiment royal du Canada,quelque part en Angleterre".

Ron Beal confie lors de cette interview,paru dans les informations dieppoises,le contenu résumé de cette lettre:"Dans ce courrier,elle veut savoir si je suis en vie.Elle y est très inquiète parce qu'elle a entendu parler du raid,elle sait que j'y étais et elle veut savoir si j'ai été tué".

On ne connaitra pas le parcours extraordinaire de cette lettre.On sait que sa tante et son mari n'ont appris que 2 ans plus tard,la veille de Noel, que "leur fils" était encore vivant.

RonBealPhotoRaillot

Ron Beal est venu 5 à 6 fois pour les commémorations du raid de Dieppe et souhaite y revenir tellement il y est attaché